TV
Infos   /   Europe   /   E-PRESS   /   L’INFO EN CONTINU

E-Press du 3 janvier 2022

La Finlande bientôt membre de l'OTAN?

Télécharger 📥

Au sommaire:

1- Le jour où le monde a maudit les USA !

Le ministère iranien des Affaires étrangères a souligné l'aversion du monde pour les politiques d'intimidation et d'hégémonie de Washington, qui est devenue évidente après les réactions internationales à l'assassinat américain du haut commandant iranien, le lieutenant-général Qassem Soleimani.

« Les réactions des peuples du monde à l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani ont montré que toutes les nations méprisent fortement les politiques d'intimidation et d'hégémonie des États-Unis », a déclaré dimanche le ministère iranien des Affaires étrangères sur Twitter.

« Si les responsables américains n'ont pas vu d'images de haine dans les rues des pays du monde entier, ils sont les marionnettes de leur propre empire médiatique », a-t-il ajouté.

Le général Soleimani, l'ancien commandant de la Force Qods du CGRI, a été assassiné avec son compagnon de tranchée irakien Abou Mahdi al-Mohandis, le chef adjoint des Unités de mobilisation populaire, lors d'une frappe de drone américain ordonnée par l'ex-président américain Donald Trump près de l'aéroport international de Bagdad, le 3 janvier 2020.

Les deux commandants étaient très populaires en raison du rôle clé qu'ils ont joué dans l'élimination du groupe terroriste Daech dans la région, en particulier en Irak et en Syrie. 

 

2- La Finlande bientôt dans l'OTAN? 

La Finlande peut devenir le nouveau membre de l'OTAN

L'Alliance de l'Atlantique Nord pourrait avoir un nouveau membre, la Finlande ! Les retrouvailles entre les autorités finlandaises et celles de l’OTAN ont eu lieu en présence du Premier ministre Sanna Marin.

La chaîne de télévision finlandaise Yle a cité le Premier ministre Sanna Marin, qui a annoncé la possibilité de demander l'adhésion du pays à l'OTAN. Selon elle, la Finlande pourrait perdre son statut de neutralité et rejoindre le bloc, une décision à ce sujet sera prise dans un proche avenir. Pour le moment, le gouvernement du pays évalue la situation, sur la base des résultats, une décision sera prise pour demander l'adhésion. Nous avons la possibilité de demander l'adhésion à l'OTAN et la considérons comme réelle (...) nous apprécions également la liberté de choisir de prendre nos propres décisions en matière de sécurité.

Pendant ce temps, la Finlande n'aimait pas les exigences de la Russie, avancées par les États-Unis et l'OTAN. Selon le président du pays Sauli Niiniste, les lignes rouges exprimées par le président russe Vladimir Poutine « contredisent l'ordre sécuritaire européen ». Selon lui, la Russie entend discuter de la souveraineté des pays européens, dont la Finlande, sans impliquer ces mêmes pays. Il a confirmé que le gouvernement du pays envisage la possibilité de demander à rejoindre l'OTAN, mais n'a pas fourni de détails.

Rappelons qu'en décembre, la Russie a présenté un certain nombre de demandes aux États-Unis et à l'OTAN, insistant sur les négociations. Dans le même temps, Moscou a souligné qu'il est nécessaire de négocier avec Washington et Bruxelles, car tous les problèmes ne sont résolus que là-bas. Il est inutile de parler de quelque chose avec des pays individuels, car la plupart d'entre eux sont des agents de la politique américaine et agissent sur ordre de Washington.

Source: Topwar 

 

3- Les USA désormais dans la "liste rouge" de la France !

Le gouvernement français a annoncé un durcissement des règles sanitaires applicables aux voyageurs arrivant des États-Unis, avec entre autres une quarantaine obligatoire de dix jours pour les personnes non vaccinées, sauf motif impérieux.

Les États-Unis rejoignent ainsi la liste des pays classés "rouge" par Paris, le troisième échelon sur quatre d'une échelle basée sur l'évolution des indicateurs sanitaires, qui regroupe les territoires "dans lesquels une circulation active du virus est observée avec une présence de variants préoccupants".

Ce changement de catégorie ne modifie pas les règles applicables aux personnes vaccinées en provenance du territoire américain, qui doivent présenter à l'embarquement le résultat négatif d'un test PCR ou d'un test antigénique (TAG) réalisé moins de 48 heures avant le vol. Les voyageurs vaccinés peuvent en outre faire l'objet d'un test antigénique à l'arrivée.

Le nombre quotidien de nouveaux cas de Covid-19 aux États-Unis a doublé en huit jours pour atteindre 329.000 en moyenne, un niveau sans précédent depuis le début de la pandémie, selon le décompte de Reuters. Le nombre de personnes hospitalisées atteintes de la maladie a augmenté parallèlement de 32%.

Le ministère des Armées justifie la délocalisation aux États-Unis de l’essai d’un statoréacteur mixte que doit mener la DGA.

Source : Sputnik

 

4- USA: la France encore humiliée

La France fait sa énième concession aux Etats-Unis sous la pression continue américaine.

Le ministère des Armées justifie la délocalisation aux Etats-Unis de l'essai d'un statoréacteur mixte à réaliser par la DGA.

Tel que rapporté par la zone militaire, le missile de croisière à capacité nucléaire ASMP-A [Air-Ground Medium Range - Improved] actuellement mis en œuvre par le Rafale B des Forces Aériennes Stratégiques [FAS], devrait être hypersonique d'ici 2035

Et pour cela, sous l’égide de la Direction générale de l’armement [DGA], l’Office national d’études et de recherches aérospatiales [ONERA] et MBDA mènent des travaux portant sur le développement d’un statoréacteur mixte [ou statomixte], c’est à dire un moteur pouvant effectuer successivement une combustion subsonique et supersonique.

En juillet 2021, le directeur adjoint du département multi-physique pour l’énergétique [DPME] de l’ONERA, Olivier Dessornes, avait confié à Air&Cosmos qu’un essai de véhicule hypersonique propulsé par un statomixte allait prochainement être réalisé…  Cet essai aurait pu être réalisé en France si les installations susceptibles de l’accueillir n’avaient pas été démantelées il y a près de quarante ans.

« Cette expérimentation a été relancée avec les États-Unis quelques années plus tard, la mise à poste d’une telle maquette dans sa plage de fonctionnement nécessitant de disposer d’un système de lancement adapté [site de tir et boosters d’accélération], ce qui n’est plus le cas de la France depuis les années 80 », explique ainsi le ministère des Armées.

En revanche, les essais du démonstrateur de planeur hypersonique VMax, annoncés par la ministre des Armées, Florence Parly, en janvier 2019, pourront être effectués en France, la DGA ayant pris les mesures nécessaires à cette fin.

« Le service Essais de missiles de la Direction générale de l’armement […] mène des travaux afin de disposer à nouveau de capacités de ce type sur le territoire national. Une première capacité devrait être disponible en 2022 », a en effet conclu le ministère des Armées.

Source: Opex.360

Partager Cet Article
SOURCE: FRENCH PRESS TV