TV

Méga bond balistique iranien : des surprises en vue?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)
Méga bond balistique iranien : des surprises en vue ? (Archives)

L’année 1399 du calendrier iranien touche à sa fin et malgré les menaces et les sanctions qui l’ont marquée, l’industrie de la défense du pays se porte bien.

Nouveaux armements et exercices militaires de grande envergure des forces armées iraniennes ont suscité des réactions à l’intérieur et à l’extérieur du pays. L’industrie balistique a fait des pas de géant. Dans cet article, nous passons en revue les évolutions de cette industrie par ordre de dévoilement ou d’essais opérationnels.

L’un des développements marquants de l’année s’est produit le 22 avril 2020 avec la mise en orbite du premier satellite militaire iranien baptisé Nour (Lumière en persan). Il a été lancé depuis le lanceur à trois étages Qassed (Messager) dans le désert de Markazi, au centre de l’Iran. Le satellite a « orbité autour de la Terre à 425 km ».

Autre prouesse de l’année : la livraison de drones spéciaux à l’armée de l’air. Au cours de la cérémonie, un missile antichar air-sol « tire et oublie » (Fire and forget) a été tiré. Ce missile est similaire au modèle Spike fabriqué par le régime sioniste. Il s’agit du missile Almas avec une portée d’environ 8 km, faisant de l’Iran l’un des rares pays au monde à avoir un missile frappant ses cibles « par le haut ».

Le 9 mars 2020, la force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a procédé à des exercices de Su-22 équipés de puissantes roquettes Fajr-4 CL.

Avec le Fajr-4 CL « supersonique » et d’une portée de 100 kilomètres, la flotte aérienne du CGRI est en mesure de détruire n’importe quelle batterie de missiles antimissiles, en l’occurrence les Patriot.

Des images ont été publiées par la suite du célèbre système de défense aérienne, Khordad-3.

Le 28 juillet dernier, les forces armées iraniennes ont annoncé la 14e et dernière édition des exercices « Grand Prophète » dans les eaux du golfe Persique, le détroit d’Hormuz et en mer d’Oman. La force navale, les unités aérospatiales du CGRI ont pris part à ces exercices. C’était une manœuvre militaire terrestre, aérienne et maritime de grande envergure.

À la fin du mois d’août, à l’approche de la Journée de l’industrie de la défense, Téhéran a dévoilé ses deux puissants missiles, Hajj Qassem (Soleimani) et Abou Mahdi, du nom des deux commandants de la Résistance assassinés en janvier 2020 en Irak. 

Le missile sol-sol appelé Hajj Qassem a une portée de 1 400 km et le missile de croisière Abu Mahdi dispose d’une portée de plus de 1 000 kilomètres.

Le missile Hajj Qassem est un missile balistique à combustible solide avec un lancement oblique et sa vitesse atteint Mach 12 au moment de son entrée dans l’atmosphère. Quant à sa vitesse au moment de l’impact, elle est de Mach 5. Ainsi, il est capable de percer n’importe quel système de défense adverse (Patriot, THAAD et NDLR).

Le 10 septembre 2020 a eu lieu le vaste exercice militaire Zolfaqar-99. Le sous-marin léger de classe Ghadir a été dévoilé, équipé pour la première fois au monde d’un missile de croisière antinavire lancé depuis sous l’eau. 

Lire aussi : Manœuvres Zolfaqar-99 : sous-marin Fateh et drone Simorgh

Cet hiver, après la défaite de Donald Trump aux élections américaines, l’intensification de la guerre psychologique contre l’Iran et le déploiement de bombardiers B-52, de porte-avions et de sous-marins nucléaires dans la région, une réponse de la part de Téhéran s’imposait. Alors en janvier, le CGRI a fait état de l’existence d’une cité souterraine contenant des missiles le long de la côte du golfe Persique, dans la province de Hormozgan.

Pour en savoir plus : Iran : cité balistique souterraine offshore

Ainsi, les forces aérospatiales du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) ont lancé, le vendredi 15 janvier 2021, la première étape d’un exercice militaire à grande échelle baptisée Payambar-e Azam 15 (Le Grand Prophète-15) dans le désert central d’Iran en mettant en œuvre une opération combinée de missiles et de drones.

Grâce à toutes ces réalisations, les grandes puissances militaires du monde, qui souhaitent attaquer notre pays et qui l’ont exprimé à maintes reprises, n’ont plus qu’à réfléchir à deux fois avant d’agir. 

Partager Cet Article
SOURCE: FRENCH PRESS TV