TV
Infos   /   Iran   /   Moyen-Orient   /   Amériques   /   Europe   /   E-PRESS   /   L’INFO EN CONTINU

E-Press du 5 octobre 2021

L’armée britannique a commencé à livrer du carburant aux stations-service lundi, après qu’une pénurie de chauffeurs de pétroliers a déclenché deux semaines d’achats de panique par les automobilistes. ©AFP

Télécharger 📥

Au sommaire :

1- Pompe sec : le conseil iranien à Sa Majesté

Ministre iranien du Pétrole : « Mon conseil aux décideurs politiques américains et européens est de tirer les leçons qu’il faut de la situation actuelle et de lever les sanctions contre l’Iran pour aider à atténuer la crise » : « Levez les sanctions contre l’Iran et vous verrez que la crise énergétique mondiale s’apaisera toute seule. »

À l’issue de la 21e réunion des ministres du Pétrole et de l’Énergie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de l’OPEP Plus, le ministre iranien du Pétrole Javad Odji a annoncé la décision des membres de l’organisation d’augmenter leur production quotidienne pour atteindre le plafond de 400 000 barils par jour pour novembre conformément à la décision prise lors de la 19e réunion des membres de l’OPEP. Selon le ministre iranien, la production de l’OPEP se stabilisera au plafond fixé en septembre.

Citant la crise énergétique à laquelle le monde est confronté, M. Odji a déclaré : « Comme vous le savez, dans de nombreux pays européens et même aux États-Unis, les gens sont de plus en plus préoccupés par la pénurie de carburant, les prix du carburant et du gaz en Europe continuent d’augmenter en raison de la baisse des réserves de combustibles propres et cela est devenu aujourd’hui un fléau sans précédent. »

Après cette brève introduction, le ministre iranien du Pétrole a soulevé la question des embargos anti-iraniens et a poursuivi : « Les peuples d’Europe et des États-Unis sont maintenant aux prises avec ces problèmes alors que leurs gouvernements respectifs continuent de boycotter illégalement et cruellement l’exportation de notre brut. Alors que l’Iran est l’un des principaux exportateurs de pétrole raffiné depuis des années. »

Odji a poursuivi : « Les preuves fournies prouvent que l’Iran n’est pas le seul pays à payer les coûts de cette politique unilatérale et que les citoyens d’autres pays doivent également payer le prix exorbitant de cette irrationalité : des coûts qui, à notre avis, auront de graves conséquences si cette obstination irrationnelle persiste concernant les sanctions imposées aux exportations de pétrole iranien. « La République islamique d’Iran réaffirme son engagement à augmenter la production de pétrole afin de stabiliser le marché et permettre à la crise énergétique d’être résolue dans les plus brefs délais », a réitéré le ministre iranien.

Il a ajouté : « Mon conseil aux décideurs politiques de ces pays est de tirer les leçons de la situation actuelle et de lever les sanctions contre l’Iran afin que cette crise puisse être atténuée, afin que tous puissent bénéficier de cette énergie bon marché partout sur la planète. »

Le ministre du Pétrole a déclaré que « la flambée des prix des carburants en Europe et aux États-Unis et la pénurie de carburant ont atteint un point tel niveau que ce fléau n’est plus considéré comme l’un des nombreux problèmes de la Grande-Bretagne, mais l’une des préoccupations majeures dans le monde et cela a suscité un mécontentement généralisé et des protestations incessantes en Occident. Il est vrai que nous sommes soumis à ces sanctions, mais ces sanctions affectent également d’autres pays. »

L’Iran a déclaré à plusieurs reprises qu’il était prêt à résoudre ces problèmes en augmentant sa production de pétrole.

Source : IRNA

 2-S-400 : Riyad a signé

Défense saoudienne : l’Arabie saoudite a déjà signé un contrat pour la fourniture de S-400 russes en 2017

Certains médias arabes rapportent l’acquisition de systèmes de défense aérienne russes S-400 par Riyad. L’apparition régulière dans les médias arabes d’informations sur les négociations entre l’Arabie saoudite et la Russie concernant la fourniture de systèmes de défense aérienne russes S-400 Triumph à l’Arabie saoudite a reçu un écho inattendu dans les médias arabes.

Selon Defense Arabia, Riyad a peut-être déjà conclu ce contrat en question avec la Russie en 2017, et n’attend qu’une livraison. Defence Arabia, suppose que la Russie et l’Arabie saoudite ont déjà signé ce contrat en 2017, lors d’une rencontre entre Vladimir Poutine et le royaume.

Cependant, Riyad montre autant d’intérêt pour les systèmes de missiles de défense aérienne russes Pantsir-S, les chasseurs Su-35, ainsi que les systèmes de défense aérienne S-400 et S-400. Néanmoins, l’un des principaux objectifs du Royaume d’Arabie saoudite est l’achat de complexes S-400 à la Russie. Lors de la visite du roi Salmane à Moscou en 2017 et de la visite ultérieure de Poutine à Riyad, des accords ont été conclus sur l’achat d’armes, la défense et les services militaires.

À noter que le vice-ministre saoudien de la Défense, Khalid ben Salmane, s’est rendu à la fin du mois dernier à la tête d’une délégation militaire de haut rang en Russie et a discuté des moyens de coopération militaire bilatérale ainsi que sur des questions touchant à la défense du Royaume, précise le rapport publié par ‘Defense Arabia’.

Selon des analystes arabes, le contrat pour la fourniture de systèmes de défense aérienne russes S-400 à l’Arabie saoudite a déjà été conclu, et c’est pour cette raison que les États-Unis retirent du royaume leurs systèmes de défense aérienne Patriot. 

Source : Avia.Pro

3-Russie : Zicron testé

La Russie a testé avec succès un missile de croisière hypersonique Zircon depuis un sous-marin, a annoncé lundi le ministère de la Défense du pays. Selon un communiqué du ministère russe de la Défense, un missile de croisière hypersonique Zircon a été lancé de la mer Blanche à la mer de Barents dans la région arctique.

Le communiqué précise que ce lancement, le deuxième test réussi de ce type de missile de croisière, a été effectué depuis une position sous-marine à une profondeur de 40 mètres pieds. Le deuxième essai du missile de croisière hypersonique Zircon a été effectué par l’équipage du croiseur lance-missiles sous-marin nucléaire Severodvinsk pour la première fois depuis une position sous-marine, à une profondeur de 40 mètres, dans les eaux de la mer Blanche à une cible maritime conditionnelle en mer de Barents.

Selon le service de presse du ministère russe de la Défense, le missile hypersonique Zircon a été lancé à une profondeur de 40 mètres, cependant, la séquence vidéo diffusée montre que le sous-marin nucléaire Severodvinsk est en surface, ce qui a soulevé de nombreuses questions sur Internet.

Source : Avia. Pro et beninwebtv.com/

5-La Suède et la France unies contre la Russie 

La France et la Suède sont convenues de renforcer leur coopération militaire, via une lettre d’intention signée par Florence Parly, la ministre française des Armées, et Peter Hultqvist, son homologue suédois.

Et cela, un peu moins de trois mois après que la Direction générale de l’armement [DGA] et l’administration suédoise du matériel de défense [Försvarets materielverk – FMV] ont annoncé un projet de partenariat dans le domaine des missiles antichars, sur la base du missile moyenne portée [MMP] de MBDA.

Par ailleurs, la Suède a déployé des forces spéciales au Sahel, via le groupement européen Takuba, dont elle devrait prendre prochainement le commandement si rien n’est changé d’ici là [tout dépendra de l’arrivée – ou non – de mercenaires russes à Bamako, ndlr].

Le texte de cette lettre d’intention signée par Mme Parly et M. Hultqvist a été publié par le gouvernement suédois. Dans le détail, il y est question « d’intensifier le dialogue stratégique sur les questions de défense et de sécurité » et de « développer le partage d’informations », les analyses de « prospective stratégique » ainsi que la « coopération en matière de développement des capacités de défense ».

En outre, il s’agira également d’améliorer l’interopérabilité entre les forces françaises et suédoises et la capacité de mener des opérations conjointes. Enfin, il est fait mention de la « possibilité de coopérer dans les domaines de la lutte contre les menaces hybrides […] en coordination avec l’OTAN et l’Union européenne ».

« La France et la Suède sont des partenaires avec des valeurs, une histoire et des intérêts, communs. Lorsque les institutions et les normes internationales sont contestées, nous soulignons notre engagement envers la démocratie, les droits de l’homme, le multilatéralisme et le droit international. […] Notre objectif est de travailler ensemble plus efficacement, de renforcer notre interopérabilité, de favoriser les synergies dans le développement des capacités et de développer une culture stratégique commune afin de pouvoir se déployer côte à côte dans des opérations militaires en cas de besoin », avaient expliqué Mme Parly et M. Hultqvist dans une tribune publiée avant la signature de cette lettre d’intention.

Les deux ministres ont, dans ce texte, fait valoir que les défis géopolitiques d’aujourd’hui sont plus aigus et complexes qu’au cours des dernières décennies. Et de citer le cas de la Méditerranée, où des ‘actions unilatérales mettent en péril la stabilité régionale et minent l’unité de l’Occident, ou encore ceux de la Chine [qui étend sa présence militaire mondiale] et de la Russie, qui ‘se prépare à un conflit à long terme avec l’Occident, selon sa stratégie de sécurité nationale dévoilée en juillet dernier. Enfin, le terrorisme, notamment au Sahel, n’a pas été oublié…

En tout cas, pour la Suède, pays membre de l’UE [mais pas de l’OTAN, ndlr], la menace la plus proche est incarnée par la Russie, ce qui a récemment motivé sa décision d’augmenter ses dépenses militaires de 40 % d’ici 2025.

En outre, Stockholm est en quête constante de coopérations militaires, notamment avec ses proches voisins. Mais pas seulement puisque le pays scandinave s’est rapproché des États-Unis et du Royaume-Uni. D’ailleurs, il a rejoint, en 2017, la Joint Expeditionary Force [JEF] créée par Londres ainsi que le programme Tempest, qui vise à développer un avion de combat de 6e génération. 

Source : Opex360

Partager Cet Article
SOURCE: FRENCH PRESS TV