TV

Aïn al-Asad frappée: le Patriot ne fonctionne pas

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)
Attaque à la roquette contre la base Aïn al-Asad, à al-Anbar. (Illustration/AFP)

 

 

Des sources d’information irakiennes ont annoncé que cinq roquettes avaient touché le siège des militaires américains à la base aérienne d’Aïn al-Asad, dans la province irakienne d’al-Anbar.

La chaîne Telegram Sabreen News a rapporté que « plus de cinq roquettes de 122mm ont atteint des positions sensibles à l’intérieur de cette base ».

 

Citant des sources affiliées aux groupes de résistance, Sabreen News a déclaré que le système de défense aérienne américain Patriot n’avait pas réussi à intercepter les roquettes. Ces sources ont également dit que les roquettes étaient de type « Falaq » et qu’ils avaient atteint leur cible. Ces attaques ont imposé des dégâts d’ordre matériel et humain aux troupes américaines à Aïn al-Asad.

Cela intervient alors qu’à la mi-mai, des sources irakiennes ont signalé que plusieurs explosions avaient été entendues près d'Aïn al-Asad et que des sirènes y avaient retenti. Le Centre d'information sur la sécurité irakienne a confirmé une attaque menée par deux roquettes Katioucha, affirmant dans un communiqué que l'attaque n'avait causé aucun dommage matériel et humain.

Par ailleurs, le dimanche 23 mai, neuf personnes ont été blessées dans une explosion dans une usine située dans la ville de Shahin Shahr, dans la province d'Ispahan, au centre de l'Iran, a rapporté le site d’information South Front.

Selon les médias d'État iraniens, l'usine produit des explosifs industriels et commerciaux, notamment des feux d'artifice et de la poudre à canon, ainsi que divers produits chimiques. L'usine fonctionne sous la supervision du Conseil national de sécurité.

Pendant ce temps, Amichai Stein, correspondant de la Société israélienne de radiodiffusion publique, a prétendu que l'Iran fabriquait des drones dans cette installation. Ce n’est pas une conclusion spéculative de considérer que les propos de Stein suggèrent que l’explosion de l’usine iranienne pourrait être le résultat d’une «ingérence» israélienne. Le journaliste a lié l'explosion à un incident récent, au cours duquel l'armée israélienne a abattu un drone armé près de la ville de Beit She'an. Le Premier ministre du régime sioniste Benjamin Netanyahu a accusé l'Iran de l'avoir fait s’envoler depuis l'Irak ou la Syrie.

Toujours le 23 mai, d'autres drones de combat non identifiés ont mené une série de frappes à la périphérie de la ville d’Abou Kamal dans le sud de Deir ez-Zor en Syrie. La ville est tenue par les forces de Damas et se trouve juste à côté de la frontière irakienne. Les frappes ont détruit un certain nombre de hangars nouvellement construits dans le désert d'al-Hamdan, mais n’ont entraîné aucune perte humaine.

Un jour plus tôt, un drone de combat non identifié a ciblé une camionnette à l'est d’Abou Kamal, à l'intérieur du territoire irakien. Israël et les États-Unis ont tous deux été blâmés par des sources irakiennes. Aucune victime n'a été signalée.

Daech est toujours assez actif à proximité et à l'intérieur de Deir ez-Zor, mais les attaques de drones par le groupe terroriste sont rares. Dans les jours qui ont précédé le raid de drones, Daech a mené une série d'attaques contre les forces de l'armée syrienne.

La première attaque s'est produite le 18 mai ; huit soldats syriens et combattants pro-gouvernementaux auraient été tués dans une embuscade par des terroristes de Daech dans le désert de Maskanah, au sud d'Alep.

Le 20 mai, des terroristes ont attaqué une position de l'armée syrienne dans le désert de Durihim, dans la campagne méridionale d'Alep.

Le 22 mai, Daech a attaqué un convoi de pétroliers transportant du pétrole du nord-est de la Syrie vers des zones contrôlées par le gouvernement près d'al-Manakhir dans le sud de Raqqa.

Le même jour, trois combattants pro-gouvernementaux auraient été tués dans le désert de Ma’adan, dans le sud de Raqqa, après avoir été frappés par un engin piégé.

La Syrie cherche à contenir les terroristes et des négociations actives avec l'Iran sont en cours non seulement en la matière, mais aussi sur d'autres questions de sécurité. Cela inclut Israël, qui tente avec véhémence d'arrêter toute coopération active entre la Syrie et ses alliés.

 

Partager Cet Article
SOURCE: FRENCH PRESS TV