TV

Les USA cherchent à faire payer la Russie en Méditerranée

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)
Forces armées russes. ©Russian Defense Ministry/AP

Les navires de la marine américaine ont l'intention d'entamer un blocus complet de la base navale russe de Tartous en Syrie. Le blocus devrait être une réponse à une escalade des tensions dans les relations entre la Russie et l'Ukraine, tandis que, outre les navires de guerre américains, la possibilité d'attirer des forces d'autres pays de l'OTAN est également envisagée.

Selon l'expert ukrainien Vladimir Kravchenko, c'est pour cette raison que deux destroyers américains sont toujours situés près du Bosphore, mais ne sont pas envoyés dans les eaux de la mer Noire, en espérant que leur présence dans l'est de la Méditerranée sera plus rationnelle.

« Ce serait bien si nos partenaires occidentaux décidaient de déployer temporairement une opération conjointe en mer Noire pour patrouiller les routes maritimes vers les ports ukrainiens de la mer Noire. Mais si les Américains renoncent à envoyer deux destroyers en mer Noire, en faisant valoir la volonté "d'éviter une escalade inutile", alors les Britanniques ont l'intention de déployer deux navires dans la région pour manifester leur solidarité avec l'Ukraine », a déclaré M. Kravchenko.

Il est à noter que deux destroyers américains sont en effet constamment à l'entrée du Bosphore, mais ils ne se déplacent pas dans les eaux de la mer Noire, effectuant des tâches qui ressemblent à des patrouilles, mais il n'y a pas de commentaires officiels à ce sujet de la part du commandement de l'US Navy.

Guerres de pétroliers au large des côtes

D’autre part, la Russie a interdit le trafic dans une partie de la mer Noire au milieu des craintes d'une escalade de la guerre des pétroliers au Moyen-Orient.

Les nouvelles sont contradictoires au sujet d’un incendie sur un pétrolier au large des côtes syriennes. L'Observatoire syrien des droits de l'homme a déclaré que le pétrolier transportait des produits pétroliers iraniens et qu'au moins trois citoyens syriens, dont deux membres d'équipage, ont été tués dans l'incendie. L'agence de presse officielle SANA a fait état d’un incendie déclenché par une attaque de drone depuis les eaux libanaises.

Lire aussi : Un tir de missile qui résume toutes les peurs d'Israël 

Il y a quelque temps, un pétrolier iranien transportant du pétrole brut est entré dans le port, engendrant l'ouverture d'une raffinerie de pétrole qui a donné un élan au marché syrien.

Mais un responsable militaire syrien du port de Baniyas a nié l'attaque du navire, qui, selon lui, appartenait au gouvernement syrien. Il a estimé que l’accident était dû à la négligence et le manque de mesures de sécurité lors de l'opération de soudage pendant l'évacuation. Selon Nournews, trois ouvriers du pont ont subi des brûlures pendant le soudage, dont l'un est décédé plus tard et les deux autres sont placés en soins intensifs. 

 

 

Partager Cet Article
SOURCE: FRENCH PRESS TV